accueil | menu | plan | inscription | rédaction

Exposition de l’école de peinture de Saint-Soleil (Haïti)


Voir en ligne: Exposition de l’école de Saint-Soleil

Exposition du 24 janvier au 28 février 2009
Artistes exposés : Albérik, Yvon Alouidor, Antilhomme, Jafa, Louisiane
Saint-Fleurant, Louisiane Lubin (L.L.),
Levoy Exil, Saint-Jean, Alfred Smith, Pierre, Payas, Zag (collection privée, Mr. Yves Goscinny).

Ecole de Saint-Soleil, Haïti

Le Mouvement de Saint-Soleil

« Le peintre naïf est appliqué, celui de Saint-Soleil est visité » - André Malraux.

Tiga and friends

Le Mouvement de Saint-Soleil est une école d’art populaire fondée en Haïti
le 3 décembre 1972 par deux artistes haïtiens, Maud Gerdes Robart et
Jean-Claude Garoute (Tiga), originalement en réaction à la dérive mercantile
que semblait prendre l’art haïtien alors en pleine expansion.

En s’installant dans une petite communauté rurale (Soissons-la-Montagne,
commune de Kenscof) suffisamment éloignée de la capitale, ces deux
artistes-animateurs voulurent d’abord se distancer de l’agitation de
la "République
de Port-au-Prince" et se ressourcer aux racines profondes de la culture
haïtienne ("J’ai appris mon art à l’école du peuple", Tiga).

A Soissons, pendant la construction de la maison qui allait devenir leur
atelier et le lieu de rassemblement et de création des Saint-Soleil, Maud et
Tiga mirent en place leur méthode d’éveil par l’art, qui consiste à créer
une "ambiance inspirante" à partir de laquelle l’enfant ou l’adulte peut
manipuler librement divers supports sensoriels (argile, pierre, tambour,
couleurs, encre, fibre, tissus, etc...) mis à sa disposition.

En pratique, dans cette première expérience, toute la communauté était
invitée à la fin des travaux du jour à venir passer la soirée ensemble à
chanter, danser, tirer des contes – point de départ du théâtre Saint-Soleil ;
par le biais de cet accès banalisé à l’expression spontanée, la pratique des
arts apportait immédiatement "à tout un chacun" un moment de bonheur, le
sentiment d’accomplissement d’une partie de soi-même autre que celle
consacrée au labeur quotidien, un meilleur équilibre dans l’affirmation de
sa propre personnalité et donc un sens de "mieux"-être.

Ce premier contact avec l’expression artistique, quand il était poursuivi
par certains sur le (ou les) support(s) qu’ils avaient préféré(s), leur
permettait alors d’en tirer progressivement une connaissance plus
approfondie et d’en faire l’apprentissage technique de toutes qu’il(s)
pouvai(en)t leur offrir (phase didactique).

Enfin, au-dela de cette étape d’initiation, quelques-uns seulement sentaient
croître en eux une flamme créatrice qui devait les conduire à un niveau
d’art exceptionnel (phase esthétique).

C’est sans aucun doute ce qui devait bouleverser un grand personnage
comme André
Malraux, écrivain, ministre de la Culture de la France, globe-trotteur et
grand connaisseur d’art, lors de sa rencontre avec le groupe à
Soissons-la-Montagne
(1976) ; lui qui se trouvait à ce moment à la fin de sa vie et qui pensait
avoir répertorié l’essentiel de l’art de l’Humanité dans une trilogie
monumentale, écrit aussitôt un chapitre consacré à Saint-Soleil qu’il fait
inclure dans le troisième volume (et dernier livre) , "L’Intemporel" , qui
se trouvait déjà chez l’imprimeur (ce texte, écrit en Haïti, allait ainsi
remplacer son chapitre sur Goya)

Parmi tous ces "fils du Soleil", libérés au contact de l’acte de création,
quelques-uns vont sentir grandir en eux une énergie créatrice telle qu’elle
va les maintenir en disponibilité pour l’expression artistique - "l’oeuvre
(d’art) ne s’élabore pas, elle surgit" , dit Tiga ; ceux-là sont devenus les
premiers *maîtres Saint-Soleil* que nous connaissons des années
septantes (Antilhomme, Levoy Exil, Prospère Pierre-Louis, Louisiane
Saint-Fleurant,
Saint-Jacques, Saint-Jean et Denis Smith).

Mais depuis, le mouvement s’est étendu et d’autres individualités ont
naturellement émergé de la collectivité dans les années
quatre-vingts (Albérik, Alouidor, Jafa, Louisiane Lubin, Matthieu
Saint-Juste et Yaya), et
plus récemment encore dans les années nonantes (Apier, Dastiné, Guéthin, Jan
Vernal, Mira, Océli, Onel, Payas, Redjy, Rit, Saint-Surin, Ti Boss, Tag et
Yaya).

Texte rédigé d’après les notes de Tiga.

Il est intéressant de constater que la démarche de ces artistes a beaucoup
de similitudes avec, par exemple, le groupe Cobra, dont l’exposition et
rétrospective médiatisée est en cours aux Beaux-Arts de Bruxelles.

En effet, si on compare certaines peintures de Karel Appel à côté de celles
de Jafa (épouse d’Antilhomme) on constate que ce sont les mêmes couleurs
primaires qui sont utilisées mais également la même recherche d’expression
spontanée. Les créations du groupe Cobra faites par des artistes qui se sont
volontairement éloignés de tout leur apprentissage académique pour créer un
"Art Libre" (lire Cobra : Un art libre, J.C. Lambert, éditions Galilée) en
"oubliant" tout ce qu’ils avaient appris à l’école, nous prouvent qu’un
artiste haïtien nu devant sa toile, avec sa démarche spontanée et sans
effort, à la base même de l’expression artistique telle que nous la
connaissons, n’est pas très différent du travail de certains maîtres ou
artistes révolutionnaires avec leur démarches expérimentales, que l’on peut
admirer dans les grands musées de notre continent.

Citations :

« L’Art populaire est le seul qui soit vraiment international. Sa valeur ne
consiste pas dans la perfection de sa forme mais dans le fond humain de ses
produits ». Asger Jorn. Cobra I, 1949.

« Notre expérimentation cherche à laisser s’exprimer la pensée spontanément,
hors de tout contrôle exercé par la raison. Par le moyen de cette
spontanéité irrationnelle, nous atteignons la source vitale de l’être »
Asger Jorn. Discours aux Pingouins », Cobra 1949.

« Le tableau est un terrain d’expérience, ce n’est pas un écran derrière
lequel on peut se cacher. »

« L’important est de découvrir en nous, qui faisons partie de la réalité, un
écriture intérieure allant à la découverte organique de nous-mêmes ,... » Pierre Alechinski, Abstraction faite, Cobra 10, 1951.

Grégoire de Perlinghi

Avec la collaboration de Mr. Yves Goscinny, pour la Galerie Lumières
d’Afrique.

http://picasaweb.google.com/gregoir...

Galerie Lumières d’Afrique,
204 Chaussée de Wavre, 1050 Bruxelles,
Contact : +32(0)484 95 26 94,
Tél. : +32(0)2 608 34 52

Lun-Mer sur RDV, Jeu-Dim de 14h à 20h

À propos de cet article

Publié le mercredi 21 janvier 2009

Par
Ariane
Dans
L’agenda du quartier européen
Lu à
3880 reprises
Commenté
2 fois
Mots clés:
Arts Afrique-Matonge Galerie Lumières d’Afrique

Agenda

Lundi 2 février 2009 Exposition de l’école de Peinture de Saint-Soleil

Du 24/01 au 28/02

Galerie Lumières d’Afrique

  1. 1 par Gérard PRIER Février 2010 à 18:38

    Exposition de l’école de peinture de Saint-Soleil (Haïti)

    Existe t-il en France une association, un organisme, des personnes susceptibles d’organiser le recueil et la mise à disposition de peintures des saint soleil.
    En effet, je rêve de l’organisation d’une exposition même modeste.
    Nous sommes vis à vis d’Haïti dans une période particulière. Les gens ont été marqués par le drame de ces derniers jours. Ils vont donner et puis vont passer à autre chose.
    Cet acte qu’il convient de saluer aura t-il permis une rencontre avec ce pays, ses habitants, sa culture.
    Dans la période, les haïtiens n’ont rien à donner.
    On peut faire connaître leurs créations, faire parler des gens de leur diaspora dans des conférences, des soirées...


    1. 2 par Benoit Pelzer Mai 2012 à 13:59

      Exposition de l’école de peinture de Saint-Soleil (Haïti)

      Je suis pour le moment en Haiti. Je suis en contact et je peins avec des artistes de saint-soleil. Je serais partant pour aider quiconque à organiser une exposition de saint soleil en france, belgique,...
      Je suis moi-même artiste et j’ai fait l’académie des beaux-arts, j’ai tenu des galeries d’art en Belgique et centre culturel. Si je m’intègre dans leur groupe s’est uniquement par défi personnel et mieux comprendre cet art extraordinaire. Les artistes sont géniaux et ils méritent d’être soutenus.
      Benoitpelzer@hotmail.com