accueil | menu | plan | inscription | rédaction

Le kabar : kesako ?


Le KABAR : « Parole, nouvelle ou message » *
Frank Pé
Un « blog kabar » pour les 12-15 ans, sur le site de l’AQL :

un espace de passage à l’âge adulte.
un lieu d’expression artistique (poésie, dessin, musique, boxe, slam,…)
un carrefour où grandir dans la communauté,
une libération de « paroles intérieures »

Les internautes adultes peuvent suivre les jeunes, faisant leur kabar sur le blog de l’AQL, les « écouter » le temps de quelques années, encourager, guider les jeunes talents, les parrainer, éventuellement financièrement (compte d’épargne) jusqu’au « passage ».

La rubrique existe déjà sur le site, encore faut-il la faire vivre :
- invitation à des associations de jeunes
- motivation de jeunes du quartier…
- participation de jeunes de La Réunion, de Mayotte, de Madagascar et au-delà…


* Kabar : parole, nouvelle, message, en langue indonésienne. Arrivé à Madagascar il y a mille ans, dans une société multiculturelle malgache en formation avec ses constituants polynésiens, indonésiens, africains et ensuite européens. Adopté comme rite de passage de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte. « Faire son kabar » se prépare à partir de 11-12 ans par la culture et l’apprentissage d’un talent (poésie, musique, chant, danse). On présente le kabar abouti lors d’une fête, à laquelle les pairs participent (des jeunes donc), mais où sont invités les adultes de la famille, du voisinage. Passage à l’âge adulte. Transféré à La Réunion, à Mayotte, et dans les îles aux épices de l’Océan Indien par les travailleurs malgaches déportés pour travailler dans les plantations. Les sociétés multiculturelles des îles de l’océan Indien maintiennent vivante cette belle tradition de « faire son kabar ». Nous sollicitons les 3 députés de la France d’Outre-mer au Parlement européen, en vue d’aider à populariser une version rénovée du kabar, ouverte sur le monde, et en vue d’inscrire en 2008 cette initiative dans l’année européenne du dialogue interculturel.

Le “kabar” ou la parole intérieure.
Une fête à Mayotte, le 22 mars 2005

Le « kabar » organisé par Alain Kamal Martial à MBouanatsaha, dans le sud de Mayotte, a été l’occasion pour des jeunes talents de s’exprimer dans l’art de la parole, d’être l’artiste d’un moment.

Nullement difficile à Mayotte d’organiser un événement autour de l’oralité, de la « parole » dans son expression la plus profonde. La tradition de « dire », de « raconter » est ici séculaire. Les jeunes s’approprient de cette tradition et en font de la poésie.

Le défi du dramaturge Alain Kamal Martial consiste à permettre à ces jeunes artistes en herbe de croire davantage en ce chemin, celui de l’art... Les jeunes ont répondu à l’appel du « kabar » en se livrant à la lecture de leurs poésies. Ils utilisent la langue française, la manipulent pour rendre l’image de leur émotion présente à travers la « parole », le « kabar ». Des émotions qui surgissent de leur quotidien, d’une réalité conflictuelle entre religion, mœurs devenus parfois pervers, et envie de grandir autrement... Le voyage d’un pèlerin de l’islam est raconté, par exemple, mais les archaïsmes de la tradition sont dénoncés avec l’élégance des mots : « Tu as volé ma chance, mais je n’aurai pas de haine... », la parole intérieure d’une jeune fille au micro...

Le défi d’Alain Kamal est également de réussir le mélange des arts, de donner rendez-vous à tous ceux qui avaient envie d’échanger des émotions, si fugaces, et de les figer dans le moment présent, dans la « parole ».
La « parole » de la poésie, celle de l’expression corporelle et encore la « parole » de la peinture. La lecture des poèmes fusionne alors avec le hip-hop, la peinture à la main et les tags. Peu importe si au moment où les jeunes brakeurs de « Crazy Braker » dansent, la lecture d’un poème fut rythmée par le sifflement d’une bombe de peinture pour les tags qui s’écrivent sur les murs. Le « kabar » est un échange autant que la parole. A MBouanatsaha il se fait synergie des expressions artistiques.

L’art ne meurt jamais, parole de "kabar"...

Article de Tiziana Marone
http://mayotte.rfo.fr/article41.html

À propos de cet article

Publié le mercredi 9 janvier 2008

Par
AQL
Dans
Les kets
Lu à
905 reprises
Mots clés:
Arts Porte du Sud