accueil | menu | plan | inscription | rédaction

Plainte du 2 mai

J’habite extrêmement près du pont ferroviaire sur lequel TUC-Rail/Infrabel "intervient" pendant 18 mois.

Je ne dors plus comme le reste des humains "durant la nuit" et ce depuis plusieurs semaines, mes seuls moments de répit sont les deux nuits de week-end (de samedi à dimanche et de dimanche à lundi où je récupère un peu), je deviens fou ... je ne suis plus moi-même ...

Mais il y a pire, depuis le 30 avril (période feriée) vous avez entrepris de démonter les dalles de béton "toujours durant la nuit" et : disqueuses industrielles, marteaux piqueurs montés sur grues, camions semi-remorque, 2 énormes grues capables de lever plusieurs tonnes de bétons sont vos outils/armes de prédilection.

Pouvez-vous imaginer ce qu’est ma vie et celle des autres riverains de mon quartier aujourd’hui ?

Trouvez-nous une alternative de vie. J’aimerais que vous agissiez rapidement, avant que ne survienne une catastrophe.
Une suggestion : en 1995 à l’occasion de la construction du mail du Parlement par la SEL une solution "humaine" avait été trouvée avec l’aide de l’Association du Quartier Léopold. Des nuits d’hôtel avaient été payées aux riverains, sur les fonds du constructeur, et de manière à prévenir les dommages.

J’attends/nous attendons de vos nouvelles avec impatience.

JPEG

Patrick Demptinne adressait ce cri de désespoir à la Cellule Riverains d’Infrabel/TUC-Rail, le 2 mai. A ce jour, il n’a pas reçu de réponse. Mais la saga continue au cours du week-end du 10 au 12 mai et des week-ends qui suivront.

Sur le blog du quartier, en réaction à l’article "De nouveaux week-ends difficiles pour les riverains", il écrit : "J’étais absent ce samedi 10 mai et je rentre cette nuit. Je n’ai pas été informé, de quelque manière que ce soit, que les travaux reprenaient, et en plus à 7h30 du matin, un dimanche... Ma nuit a été de courte durée. J’en ai marre. Pas de "toute boîte", pas de courrier, ni ma voisine non plus. Impossible de dormir."

Commentaires de l’AQL

Malheureusement pour les riverains, ils n’en ont pas fini avec les "nuisances". TUC-Rail/Infrabel annonce encore des travaux pour les week-ends du 17-18 mai et du 24-25 mai. Et ceci va encore durer 16 mois.

Les dommages subis par Mr Patrick Demptinne et les autres riverains sont bien réels. Il ne suffit pas de les qualifier de "nuisances pour cause de travaux exceptionnels et d’utilité publique" et de faire comme si ces personnes n’avaient pas le droit de vivre leur vie en toute tranquillité. La question du dédommagement est posée à juste titre par Mr Demptinne, et il a le soutien de l’AQL dans sa démarche. Affaire à suivre donc.

Quant aux fonctionnaires de la Cellule Riverains, bien sûr, ils n’ont pas réagi à ce jour pour cause de longs week-ends et de "ponts". Après tout, chacun a droit de prendre du repos le 1er mai et le week-end de la Pentecôte. Mais nous leur posons maintenant publiquement la question. Il faudra bien qu’ils répondent à la question du dédommagement des riverains.

AQL

À propos de cet article

Publié le mercredi 14 mai 2008

Par
AQL
Dans
Le pont de la chaussée de Wavre
Lu à
813 reprises
Mots clés:
Nuisances travaux Responsabilité civile Travaux RER

Galerie

Mai 2008 JPEG - 87.5 ko - 640x425 px
Mai 2008 JPEG - 100.3 ko - 640x425 px